Fermer
Actualités

Une ? Des crises 
de l’attention !

image

Surproduction de contenus et surexposition des publics ont créé un effet de saturation sensorielle qui aurait fait plonger nos sociétés dans une crise de l’attention. L’étude approfondie de ce phénomène par le cabinet Eranos et La Poste a permis d’identifier qu’il n’y a en réalité pas une seule, mais trois crises de l’attention, avec des risques décuplés.

CRISE ENVIRONNEMENTALE

La crise environnementale de l’attention est une crise de surexploitation. Alors que le coût écologique de la communication numérique est de plus en plus visible (data centers, emailing, etc.), un déni de l’impact de la communication numérique sur les écosystèmes naturels persiste.

RISQUE
Les liens entre la crise environnementale et la communication numérique ne peuvent être ignorés par les marques si elles veulent apparaître comme cohérentes au regard de leurs politiques RSE.

CRISE ÉCONOMIQUE

La crise économique de l’attention est une crise de surproduction. L’avènement du numérique a amplifié ce phénomène : avec toujours plus de messages produits, l’attention est sursollicitée.

RISQUE
Le paysage de l’attention est déjà saturé, continuer de surproduire revient pour les marques à voir leurs contenus dilués et à perdre en valeur (en influence, en notoriété, en compréhension du message)...

CRISE SANITAIRE

La crise sanitaire de l’attention est une crise de surexposition. Sans cesse exposée aux alertes, aux messages, aux notifications, aux publicités, l’attention est saturée, ce qui est à l’origine de troubles de santé (addictions, sommeil, etc.).

RISQUE
Les effets néfastes sur la santé de la surexposition et de la sursollicitation sont de plus en plus connus, et deviennent un enjeu de santé publique. Il y a un risque économique pour les marques, qui vont devoir trouver d’autres modes de communication mais qui perdent aussi la confiance de leurs clients.

Pour en savoir plus, visionnez l'émission Postalk Le Figaro Partner x La Poste Solutions Business - Comment communiquer dans un monde saturé de messages ?

Partagez cet article